Retour Accueil

Le FER – METALLURGIE

Forges en MEDOC, sur St Laurent (St Lt)


En différents endroits de St Lt et communes voisines, la présence plus ou moins dense, de SCORIES (déchets de la fabrication du fer) attestent de l'existence de bas-fourneaux.

Ces scories sont les résidus de la réduction d'un minerai local : la LIMONITE.

Rappel sur l'âge du bronze : -1800 à -725 avant J.C. Il a été découvert notamment à St Germain d'Esteuil des haches de cette époque.

L'âge du  fer lui succède.

Il a dû y avoir une activité de fabrication du fer à l'époque gallo-romaine, car les hommes de l'époque – les Celtes : les BITURIGES VIVISQUES, originaires de Bourges (Avaricum), ont tous eu un besoin d'outils, d'armes, de clous, de fers pour les chevaux...Ces derniers avaient supplanté les MEDULLES qui étaient originaires des Alpes. La diffusion de la technologie de fabrication du fer est liée à l'expansion des Celtes , partout en Europe.  Les Romains, qui diffusent aussi leurs pratiques de la métallurgie du fer dans leur empire contribuent à l'expension des compétences.


Ceci s'est prolongé jusque vers 1890 où arrive la concurrence des minerais lorrains ou espagnols, ainsi que les aciers des hauts-fourneaux.


Pour réaliser du fer, il fallait :

 -Un minerai qui était préalablement grillé pour être réduit en poudre,

 -du charbon de bois fabriqué y compris avec des racines de bruyères,

 -construire un bas-fourneau avec de l'argile utilisée comme pour le torchi (paille), avec des briquettes.

Etaient mises, dans le four, une superposition de couches de charbon et de minerais. Activée mécaniquement par un ou des soufflets, la combustion doit atteindre environ la température de 1350°C, aboutissant à produire une LOUPE de fer. Quelques kg de fer étaient extraits dans le fond du bas-fourneau.

Ce fer devait être ensuite forgé (épuration et amélioration de ses qualités mécaniques), pour devenir des produits finis utiles.

André D.






Voir image d’un four

Page précédente